Alimentation et plaisir

Repas festifs sans excès, comment trouver le bon équilibre

Été 2012 - Lettre n°5
#Equilibre #Plaisir #Repas festifs #Excès

La fin d’année est souvent synonyme de repas copieux. En famille, ou entre amis, ils sont parfois l’occasion de faire quelques excès. Mais repas festifs et équilibre alimentaire sont-ils vraiment inconciliables ? Pour éviter d’avoir à choisir entre plaisir et équilibre, il existe des astuces afin de profiter pleinement de ces moments conviviaux et festifs, sans se priver ! Voici quelques conseils.

« Savoir gérer les quantités »

Les contextes festifs, certaines habitudes régionales et le plaisir de recevoir incitent souvent aux repas trop copieux.
Pour éviter de tomber dans l’excès, mieux vaut goûter plusieurs petits plats que de se laisser aller à l’abondance des nombreux plats proposés.

« Les bons choix »

Le choix des aliments et leurs modes de préparation comportent également de nombreuses astuces. Il est possible de privilégier les aliments ayant un faible apport calorique et un intérêt nutritionnel particulier tout en proposant une cuisine originale et raffinée.

Par exemple :
La dinde, le chapon, les volailles, souvent proposés en plat principal à Noël, sont riches en protéines et pauvres en graisses (si l’on ne consomme pas la peau). Elles sont donc un bon compromis entre plaisir et équilibre. Attention toutefois au choix de votre farce.
Le saumon : en apéritif, en entrée ou en plat, froid, fumé, au four ou en parpaillote, c’est un excellent choix pour le chic des fêtes. Riche en vitamines E, A et en acides gras polyinsaturés, il est un allié précieux du système cardio-vasculaire.

« La faim et la satiété, deux alliés »

Écouter ses signaux corporels facilite la gestion des quantités.
La faim se manifeste pour indiquer à l’organisme qu’il est temps de recevoir de l’énergie, elle signe le début du repas. La satiété au contraire correspond plutôt aux différents signaux de fin de repas, car l’organisme considère avoir reçu l’énergie suffisante pour tenir jusqu’au prochain repas. C’est souvent la satiété qui nous fait défaut. En effet lorsque l’on consomme plus de calories que nécessaire, on prend du poids.
Si pendant les fêtes il est souvent difficile de respecter ces signaux, le retour à une alimentation diversifiée et équilibrée au lendemain des fêtes est le meilleur moment pour retrouver un rythme alimentaire en étant attentif à ses sensations.

« Et l’alcool ? »

Si l’alcool est un incontournable des soirées festives, il apporte également son lot de calories. Il y a, ainsi, quelques principes à respecter, et plus particulièrement si vous êtes diabétique. Il s’agit de boire avec modération dans les limites recommandées et pendant les repas : à jeun, la consommation d’alcool expose à des hypoglycémies.
Attention, tous les alcools sont caloriques mais certains ont un effet glucidique plus élevé. Préférez les alcools traditionnels secs (vins rouges, blancs, rosés, champagne…) aux alcools forts ou contenant plus de glucides (bière, vins moelleux, liquoreux, certains spiritueux…).
Évitez les alcools aromatisés nouvelle génération souvent très riches en sucres et en alcool.

« Pour terminer, une note sucrée ! »

Il faut bien reconnaître que les desserts pâtissiers traditionnels sont la dernière bombe énergétique du repas.

Malgré tout un dessert n’est pas forcément très sucré ou calorique, il suffit de s’orienter vers des desserts à base de fruits de type : mousse de fruits, bavarois, charlotte, sorbet, salade de fruits…
Même l’incontournable bûche peut-être une mousse à base de fruits rouges ou exotiques.

Source image : https://www.bing.com/images/

Partager cet article sur :