Santé

Focus sur le SAS : le syndrome d’apnée du sommeil

Hiver 2010 - Lettre n°1
#Pathologie #Sommeil #Diabète #Maladie cardiaque #SAS #Syndrome #Ronflement #Apnée obstructive #Hypertension #Danger

L e Syndrome d’Apnée du Sommeil est une pathologie souvent méconnue et pourtant fréquente. Par le danger qu’il fait courir au patient sur le plan cardio-respiratoire et par ses répercussions neuro-psychiatriques, sociales et professionnelles, c’est un syndrome qu’il faut savoir reconnaître et traiter à temps.

Qu’est ce que le SAS ?

Pendant le sommeil, la personne souffrant du Syndrome d’Apnées du Sommeil subit un rétrécissement de son pharynx lié à un relâchement musculaire. Cela entraîne une circulation de l’air plus difficile et un ronflement à cause des vibrations de l’air. Si les voies aériennes se ferment complètement, la personne s’arrête temporairement de respirer : elle fait une apnée obstructive.

Un tel événement peut durer 10 secondes ou plus. Il peut être fréquent et se produire jusqu’à plusieurs centaines de fois par nuit. Le sommeil s’en retrouve perturbé sans que le sujet en ait forcément conscience (éveils brefs après chaque apnée). Des études cliniques récentes ont démontré l’existence d’un lien entre le SAS et l’hypertension, les maladies cardiaques et le diabète.

Le Syndrome d’Apnées du Sommeil peut entraîner une détérioration de la qualité de vie et présenter de réels dangers : somnolence excessive, risque plus élevé d’accident de la route, altération de l’humeur ou dépression, troubles sexuels.

Vous présentez des symptômes : n’hésitez pas à en parler à votre médecin !
Source : http://www.syndrome-apnee-sommeil.fr/index.php?son=arreter  premier site d’information grand public sur le Syndrome d’Apnées du Sommeil.


Le saviez-vous ?

Soucieux de répondre au mieux aux problématiques du patient diabétique, ASDIA s’est également spécialisé dans la prise en compte des pathologies associées au diabète et notamment du syndrome d’apnée du sommeil. Aussi au même titre, que dans le domaine des pompes portables à insuline, ASDIA propose de l’appareillage de pression positive continue (PPC), principale forme de traitement de l’apnée du sommeil.

Mise en place d’une unité de recherche clinique au CeeD.
Selon la Fédération Internationale du Diabète, 40 % à 60 % des personnes atteintes du syndrome d’apnées obstructives du sommeil souffrent également de diabète. Le lien a été clairement établi dans le cas du diabète de
type 2, mais pas de type 1. Une attachée de recherche clinique et une infirmière spécialisée en diabétologie ont ainsi été détachées par le CeeD, pour étudier la relation potentielle entre ce trouble et le diabète de type 1. Cette étude est menée en relation avec les services de diabétologie du Professeur Pinget et celui des Troubles du Sommeil du Professeur Bourgin (Hôpital Civil).

Partager cet article sur :