• Accueil
  • Newsletter
  • D.A.S.T.R.I. : Améliorer la vie des patients et la sécurité de tous
Vie pratique

D.A.S.T.R.I. : Améliorer la vie des patients et la sécurité de tous

Mme L.BOURET

Hiver 2014 - Lettre n°9
#Déchets #Sécurité #Piqûre accidentelle #Boite #DASTRI

Pourquoi éliminer séparément nos déchets de soins ?

C’est un enjeu de sécurité publique. Afin d’éviter au maximum les piqûres accidentelles des personnels chargés des ordures ménagères ou du tri de déchets, le législateur a étendu les obligations sanitaires des professionnels de santé (médecins, infirmières…) aux patients qui s’injectent des médicaments (ex : l’insuline) ou contrôlent leurs glycémies avec lancettes & bandelettes.
En France, 1,4 million de personnes utilisent chaque année 360 tonnes de matériel médical piquant susceptible de transmettre des virus en cas de piqûre accidentelle.
C’est pourquoi, la Direction Générale de la Santé, le Ministère de l’Environnement (filières déchets), le Ministère de l’Intérieur pour les collectivités locales, les fabricants de médicaments injectables, de matériel d’injection et d’autosurveillance, les collectivités locales, des industriels des déchets médicaux, les pharmaciens, les associations de patients ont travaillé longuement pour développer la filière DASTRI, spécifiquement en charge des déchets des patients en auto-traitement.
Elle est financée exclusivement par les laboratoires de traitements injectables et de dispositifs médicaux sans en répercuter le coût sur les patients.

Qui est en charge de la collecte et du traitement de ces DASRI perforants ?

C’est l’éco organisme DASTRI (www.dastri.fr), agréé le 30/ 12/2012 par les pouvoirs publics, qui organise cette filière au plan national avec l’aide d’une vingtaine d’opérateurs régionaux.
Un maillage du territoire par au minimum 5000 points, permet un point de collecte de proximité (en moyenne un tous les 15 km et pour 50000 habitants).

Que doit-on faire de ses déchets de soins ?

Les jeter après usage dans une boîte à aiguilles mise à disposition gratuitement par votre pharmacien lors
de la délivrance d’un matériel piquant ou d’un médicament injectable.
Quand la boîte est pleine ou 3 mois maximum après sa première utilisation, la retourner anonymement, dans le point de dépôt indiqué par votre pharmacien.
En Alsace, en fin d’année 2013, 60% de pharmaciens avaient commandé des boîtes à aiguilles. Toutefois toutes les pharmacies ne se sont pas encore inscrites comme point de collecte.

Comment sait-on que la boîte est pleine ?

La boîte à aiguille est pleine, quand son contenu arrive au trait : soit 80% du volume utile. Ne jamais forcer et la fermer définitivement pour le transport et le dépôt.

Que deviennent mes boîtes à déchets après dépôt dans des contenants distribués par des opérateurs DASTRI ?

Elles sont pesées, emportées dans des véhicules spécialisés pour être banalisées et incinérées à haute température dans des fours dédiés dans la région.

à savoir :


D.A.S.R.I. : Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux
Qui est concerné ?
Les patients en autotraitement (sans intervention concomitante d’un professionnel de santé)
Quels sont les produits et dispositifs médicaux concernés ?
Les lancettes d’auto surveillance et auto-piqueurs à barillet, les aiguilles à stylo, les cathéters, les cathéters tout en un, les aiguilles seules, les micro-perfuseurs, les stylos avec aiguilles serties ou rétractables, les seringues avec aiguille sertie, les sets de transport, les seringues types Imiject…
Quels sont les produits et dispositifs médicaux non-concernés ?
Les cotons, compresses, bandelettes à glycémie, emballages de cathéters, notices, boites cartons qui même souillés ne sont pas piquants.


Comment font les personnes âgées ou seules ?

Exactement comme pour les médicaments, sauf si elles ont une infirmière à domicile qui s’occupera alors de ces déchets pour les soins qu’elle pratique.

Mon chat est diabétique… Est-ce que je peux avoir une boîte pour les seringues ?

Non, la filière DASTRI est réservée aux déchets de soins des patients. Parlez-en à votre vétérinaire ou pharmacien qui vous vendent les seringues.

Partager cet article sur :